Thursday, July 17, 2014

Wednesday, July 16, 2014

quand on a de la chance d'être aux Kivus

vraiment, la chance et le bonheur sont toujours relatives à la realité qui sert de base de comparaison...
quand je vois ce qui est en train de se passer en Israël et Palestine, je pense que ceux qui sont au Sud et Nord Kivu ont de la chance... mais c'est une comparaison trop rapide...

Saturday, July 5, 2014

mon anniversaire

ça fait maintenant une semaine que c'était mon anniversaire...
mais étant donné que le lundi, au Congo, on fêtait l'indépendance du pays, tout le monde est parti... donc la fête est reporté d'une semaine... et ça serait aujourd'hui!
fait-il su sens de continuer à fêter l'anniversaire encore? je ne pense pas... mais bon, il faut fêter le plus fréquemment possible, quand on est dans une zone dont la seule constante est l'instabilité...

Tuesday, July 1, 2014

destination: mort

des bateaux et bateaux de personnes qui essayent de traverser la méditerranée, des milliers de cadavres sans nom, des "émigrants illégaux", des réseaux de trafique de personnes, des abus, et des promesses et rêves qui ne verront jamais la lumière...

voilà la réalité, la seule sortie pour milliers de personnes qui essayent d’échapper des régimes autoritaires, des guerres, des famines, des luttes sans fin...


il y en a d'autres qui restent dans le désert du Sahara.... d'autres dans les côtes du Yémen... d'autres qui se perdent dans les iles du Pacifique... dans les routes d'immigration de l’Amérique Centrale...

des vies perdues... pas comptabilisées, cataloguées d’illégales... y a-t-il des vies illégales?

Monday, June 16, 2014

quand l'éducation basique est un luxe...

dans l'est de la Republique Democratique du Congo, l'accès à l'education est un privilege... les femmes sont parfois mises à côté de la possibilité d'élargir ses niveaux d'éducation primaire...
ici tout est difficile, compliqué... la vie est dure et le climat aussi...
la nourriture n'arrive pas facilement et l'argent n'est pas disponible...
la bonne humeur et les sourires sont constants et peut-être la seule façon de faire face aux difficultés quotidiennes...
les violations de droit et sexuelles, la mortalité infantile et maternelle atteignent des niveaux alarmantes... un des pays avec des conditions de vie les plus pauvres au monde, qui est aussi connu comme la capitale de la violence sexuelle au monde...
c'est difficile apprécier la beauté des monts, des collines, des forêts quand partout il y a des femmes qui transportent des lourds poids dans leurs dos, quand on connait des distances à parcourir dans les chemins presque inaccessibles pour aller aux centres de santé... quand on connait les risques pour la vie d'une femme d'accoucher un enfant, quand on connait la probabilité qu'un bébé décède avant l'âge de 5 ans pour des maladies que là d'où on vient on ne considère même pas comme des maladies mortelles...
si seulement un petit moment pendant la journée on pense à la facilité avec laquelle on a eu de l'accès à l'éducation, à la santé et la protection qu'on a face aux actes de violence, on pourrait peut-être avoir un petit plus d'empathie avec ceux pour qui tout ça est un rêve qui se trouve dans des pays lointains en Europe ou Amérique...

Friday, March 28, 2014

démocratie

je travaille dans des contextes où démocratie est un mot parfois vide... où la participation populaire dans les processus de décision est bloquée, pas forcement par des gouvernements qui l'empeche, si non, par le fait que participer dans les décisions implique disponibilité, éducation, accès à l'information...
peut-on avoir une société participative quand moins de la moitié fréquente l'école? quand la production d'information interne est limitée car les médias n'ont pas de moyens? quand les priorités de la population sont l'eau, nourriture et santé? et pas le débat politique?

Monday, February 24, 2014

parc national de kahuzi-biega

aujourd'hui j'ai traversé une partie du parc national de kahuzi-biega... et je continue toujours à m'étonner de tous les endroits que j'ai eu le privilège d'avoir connu...

la force du premier regard

ça fait plus ou moins 3 ans que je suis partie en Haïti, à peu près 1 année après ce tremblement de terre qui a fait nombreuses victimes dans la partie ouest de l'Hispaniola...

arrivant à Port au Prince le premier regard tombait sur l'image des déplacés qui habitaient dans les tentes basiques partout dans la ville, les bâtiments qui menaçait de s’effondre à tout moment…

seulement l’imagination plus noire peut nous transporter au moment, au second après la fin du tremblement de terre, quand les bâtiments ont perdu ses fondations… aux heures après quand les gens essayait de chercher les survivants parmi les ruines… les jours après quand les gens se regroupaient en camps de déplacés pour recommencer à nouveau…

quand je suis arrivée, une année plus tard, ils ne cherchaient plus de survivants… ils ne faisaient que pleurer ses morts…